Le point de côté : causes et remèdes

Le point de côté est une douleur aigüe que connaissent la plupart des coureurs. Chacun a son « truc » pour l’éviter ou s’en débarrasser.

Mais il ne coûte rien de revenir sur les causes et les remèdes de ce petit saboteur de l’effort sportif.

Quelles sont les causes du point de côté ?

Elles sont multiples et, pour l’instant, la science n’est pas parvenue à les cerner précisément. Plusieurs hypothèses sont envisagées :

  • Des douleurs musculaires dues à une baisse de l’oxygénation des muscles abdominaux, intercostaux et respiratoires (diaphragme) : à la suite d’un effort trop rapide ou parce que le système digestif « monopolise » l’oxygène après un repas.
  • Une tétanie de la rate (à droite) ou du foie (à gauche) causée par un important retour du sang dans ces organes : ceux-ci, inextensibles, subissent les tensions que provoquent le fort afflux de sang propre à tout effort physique.
  • Des douleurs au niveau de l’intestin (principalement à cause de la pression des gaz produits par fermentation).
  • Une irritation de la plèvre (l’enveloppe des poumons) causée par une mauvaise respiration.

Comment faire passer un point de côté ?

  • Arrêter l’effort ou, au moins, le ralentir considérablement.
  • Se concentrer sur sa respiration : il faut qu’elle soit lente, profonde, régulière et qu’elle vienne du ventre.
  • Masser la zone douloureuse avec la main et se pencher du côté de la douleur.
  • Serrer dans sa main (du côté où provient la douleur) un objet de petite taille : cailloux, stylo, morceau de bois etc… (faute d’objets, serrer le poing tout simplement).

Si ce « remède de grand-mère » n’a pas d’explications physiologiques connues, il a le mérite de s’avérer efficace : à essayer donc.

Méfiance si…

…la douleur persiste après l’arrêt de l’effort : le point de côté doit disparaître lorsque vous respirez profondément. Si ce n’est pas le cas, ou si la douleur « se déplace » dans le corps, mieux vaut consulter un médecin.

Prévenir le point de coté

  • Le dernier repas doit remonter à trois heures avant l’effort. Et il faut bien sûr éviter les aliments que l’on digère mal juste avant l’effort.
  • Il est impératif de s’échauffer. Quelques exercices respiratoires (en forçant nettement sur l’expiration) peuvent permettre de l’éviter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut