Bière et sport : amis ou ennemis ?

Méfiez-vous des idées reçues. Car la bière et le sport ne font pas bon ménage.

Des bienfaits ?

La bière, comme le vin, possède de nombreux bienfaits pour la santé. « Le malt et le houblon utilisé dans la bière noire contiennent des flavoïdes. Ce sont les mêmes composants que les légumes et le vin qui joue un rôle important dans le ralentissement du vieillissement des cellules. Ils réduisent aussi le risque de maladie du cœur et du cancer. La bière contient de la vitamine B et du chrome, deux agents indispensables pour convertir les hydrates de carbone en énergie. »

Que des bonnes nouvelles ! Attention tout de même à l’abus d’alcool ! Car sous prétexte que la bière n’affiche pas un taux très élevé, certains sportifs ont la main lourde et fâcheuse tendance à oublier ses 5% en moyenne de teneur en alcool. Ces erreurs de jugement sont pourtant à l’origine de déshydratation sévère et le temps de récupération plus lent.

Bière avant le sport

Certains sportifs commandent systématiquement une bière avant une épreuve et défendent ses bienfaits en sucre lents. Il n’en est rien. La bière ne remplace pas les pâtes et croire qu’elle fournit un surplus d’hydrate de carbone (les glucides) est une idée pour le moins saugrenue. « Quand l’alcool est absorbé par l’organisme, l’excès d’hydrate de carbone est stocké en graisse. Si vous buvez beaucoup, vous courez plus pour perdre les calories de la bière que pour brûler les graisses ».

L’alcool est un diurétique très puissant. « C’est-à-dire sa consommation la nuit précédent une course ou un entrainement risque de vous déshydrater avant même de produire votre effort. » Pour éviter ces effets buvez de l’eau avant et après de la bière.

Des sportifs pensent que boire une bière la nuit qui précédant une course les apaise et les aides a dormir. Sachez qu’aucune étude scientifique ne vient corroborer ces dires. Si vous avez l’habitude de boire une bière le soir, privilégiez-la au moment du repas pour faciliter son absorption. N’oubliez pas que la bière sans alcool est celle qui cause le moins de dégâts.

Sachez que si vous avez bu, même une petite quantité d’alcool, vous êtes sans doute déjà partiellement déshydraté. Votre jugement et votre coordination risquent d’en être altérés. « Ne perdez pas de vue que l’alcool est considéré comme une substance dopante, car c’est un puissant stimulateur du système nerveux central », autre effet néfaste : « l’alcool dilate les vaisseaux sanguins et fait chuter la température ». Les jours de chaleur, boire n’améliorera pas votre état. Au contraire, cela accélèrera votre déshydratation et le risque de crampe. « Comme il s’agit d’une boisson gazeuse, la bière ralentit également le processus de digestion, ce qui nuit fortement aux performances ». À la fin d’une activité, vous pouvez vous autoriser à boire un peu, mais attention l’alcool retarde la récupération et en cas de blessure, il peut retarder la guérison en limitant la production naturelle d’anti-inflammatoires.

Bière après le sport

Bien qu’elle soit constituée essentiellement d’eau, la bière déshydrate l’organisme de l’homme. En effet, la quantité d’alcool qu’elle contient ne favorise pas l’élimination des déchets produits durant la séance sportive. Pour cela, il est conseillé d’éviter de prendre de la bière alcoolisée après le sport.

Mais n’oubliez pas de boire au moins 3 litres d’eau par jours après un évènement sportif afin d’éliminer les toxines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut